Charlie enchaîné

Une revue de presse de Charlie Hebdo et du Canard enchaîné.
Et un peu plus.

Accueil du site > Tir Groupé > Des conditions de détention paradisiaques

Prisons

Des conditions de détention paradisiaques

vendredi 28 mars 2008, par Charlie enchaîné

Faut-il traiter nos prisonniers humainement ? Après tout, ce sont des délinquants !, pourrait-on se contenter de penser. Certes, mais les textes européens en la matière prônent — fort heureusement — la « dignité » dans le traitement des détenus. La France, pays des droits de l’Homme et locomotive de l’Europe, doit donc être à la pointe dans ce domaine. En fait, pas vraiment...

Cuisine indigeste

Dans Charlie Hebdo (« Comment maigrir gourmand en prison », 05/03/08), Sylvie Coma multiplie les exemples de manquement autour de la « bouffe » proposée aux prisonniers, dans laquelle les directions départementales des services vétérinaires retrouvent parfois, comme à Béthune il y a un an, des « bactéries d’origine fécale ». La journaliste rapporte le constat tiré par ces mêmes services dans les cuisines de la prison de Belfort : « les murs et les interstices créés par les joints manquants tenaient lieu de canaux de circulation à des blattes de 5 à 35 mm de long, les sols crasseux étaient recouverts de crottes, les plafonds écaillés s’effritaient dans les marmites, les murs moisis (...) suintaient au-dessus des équipements de cuisson, eux-mêmes posés sur des agglomérés de béton souillé... » Bref, des conditions idéales pour cuisiner.

Sylvie Coma rappelle que « selon le Code de procédure pénale, les détenus doivent recevoir “une alimentation variée, bien préparée et présentée, répondant (...) aux règles de la diététique et de l’hygiène” ». On l’a vu, concernant l’hygiène, il arrive que le droit des prisonniers soit légèrement bafoué. À propos des aliments, là aussi le bilan n’est pas glorieux. La journaliste cite l’exemple d’un détenu édenté suite à un cancer qui est demeuré « plus de six mois sans réussir à bénéficier d’une alimentation mixée ». Ce sont des surveillants qui lui apportaient des briques de soupe après avoir constaté son amaigrissement... Ainsi, les dépenses consacrées à l’alimentation diminuent depuis dix ans ; à Poissy, les médecins ont tenté de compenser le manque de nourriture en prescrivant du Rénutril, « un complément alimentaire qu’on donne aux séropositifs et aux anorexiques », note Sylvie Coma. Pourquoi ne pas profiter des prisonniers pour tester de nouvelles molécules ?

Plus on est de fous...

Il n’y a pas que l’alimentation qui témoigne des mauvaises conditions de détention. La « surpopulation carcérale » est un autre facteur, comme le souligne Dominique Simonnot [1] dans Le Canard enchaîné (« Taulard de vivre », 19/03/08). À ce titre, l’avocat d’un détenu de la prison de Rouen réclame pour son client « 25 000 euros pour deux ans et demi passés dans des conditions “inhumaines, dégradantes et contraires à la dignité” ». Dépêché sur place, un huissier a en effet observé « des toilettes sans couvercle jouxtant le réchaud, des aérations à plus de 200% inférieures aux normes minimales autorisées, des risques d’infection pathogène d’origine fécale [décidément...], d’incendie ou d’infection au monoxyde de carbone... » Circonstance aggravante : « la proximité, à deux ou trois, enfermés 22 heures sur 24 dans 10m² ». Si vous ajoutez à cela le bruit et l’odeur, comme dirait l’autre...

La requête de l’avocat est soutenue par le commissaire du gouvernement (« nommé par le Conseil d’État », précise la journaliste du Canard), qui préconise, lui, une indemnisation « à hauteur de 2 500 euros ». Ramené à la population carcérale qui pourrait demander une indemnité du fait de conditions d’incarcération similaires (35 000 à 40 000 personnes selon un chercheur du CNRS), cela pourrait coûter 35 millions d’euros à l’administration pénitentiaire, estime Dominique Simonnot. Pourvu que les juges se souviennent que les caisses de l’État sont vides !

Notes

[1] Article signé D. S.


Commenter cet article

2 Messages de forum





Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette