Charlie enchaîné

Une revue de presse de Charlie Hebdo et du Canard enchaîné.
Et un peu plus.

Accueil du site > Coin des rédacteurs > Chroniques > Les pitoyables deux sous de l’autel des finances > Poster un message

Poster un message

En réponse à :

  • Les pitoyables deux sous de l’autel des finances

    7 novembre 2010, par Hadi Taibi
    Appelons-le Durand. Notre gentleman invisible, dont la désinvolture lui permet de mener sans encombre de périlleuses opérations de sabotage, s’avère n’être qu’un fragile personnage, sans génie particulier et traversant des difficultés familiales. C’est ainsi qu’est qualifié le jeune Durand par le génie de ses solides supérieurs hiérarchiques, qui vivent une stabilité sociale exempte de toutes critiques et sans la moindre fausse note ; et c’est (...)

Nota bene. Pour toute participation, il est préférable d’écrire le français correctement (au minimum : une phrase commence par une majuscule et se termine par un point), de rester courtois (pas d’attaque personnelle injustifiée), de ne pas employer de mots grossiers, d’éviter de crier (c’est-à-dire ne pas finir une phrase avec trois points d’exclamation consécutifs, d’écrire toute une phrase en majuscule, etc.).


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette